«Les bonnes pratiques oléicoles pour la production d¹huile d¹olive de qualité et la protection de l¹environnement»

M. Hassan Aourid, wali de la région Meknès-Tafilalet, a souligné, lundi 18 septembre dernier, l’importance de la mise en place d’un musée dédié à l’olivier à Meknès, compte tenu de l’héritage historique de la cité ismaélienne et de l’importance de son patrimoine oléicole.

Intervenant à l’ouverture de la 1ère édition des journées méditerranéennes de l’olivier, organisée du 18 au 22 septembre à l’initiative de l’Ecole Nationale d’Agriculture (ENA) , sous le thème « les bonnes pratiques oléicoles pour la production d’huile d’olive de qualité et la protection de l’environnement », M. Aourid a souligné l’importance de la tenue de ce séminaire dans la capitale historique de l’olivier au Maroc, connue sous le nom « Meknassa Zaitouna »…cliquez sur (more…)



Il a aussi mis l’accent sur l’importance du patrimoine oléicole de Meknès comme en témoignent les anciennes « Maâsras » de Volubilis qui remontent aux civilisations phénicienne et romaine et les majestueuses oliveraies de la ville de Moulay Driss Zerhoun. M. Aourid a affirmé que la participation à cette rencontre d’organismes internationaux comme la « Fondation route de l’olivier à travers la Méditerranée » et « le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée » est un signe fort visant à appuyer les efforts déployés pour promouvoir le secteur oléicole de la région de Meknès-Tafilalet et toutes les activités en relation avec l’olivier et l’huile d’olive. Il s’est félicité de la décision la « fondation route de l’olivier à travers la Méditerranée » d’inscrire la région Meknès-Tafilalet comme une étape de son parcours culturel et touristique, reconnu par l’UNESCO et le Conseil de l’Europe. Ce parcours vise la promotion de l’amour pour un arbre, élément unificateur de la Méditerranée et symbole de paix, et le développement d’un dialogue entre les peuples de l’olivier afin d’établir des conditions de développement durable dans les régions oléicoles à travers la mise en valeur de l’histoire et de la civilisation de l’olivier au niveau international.
Le wali a ajouté que ces journées, initiées par l’agro-pôle olivier ENA de Meknès et l’université internationale d’Andalousie, constituent un nouveau jalon sur la voie de développement et de restructuration du secteur oléicole régional et national en particulier pour la production d’huile de qualité et la protection de l’environnement.
Pour sa part, le secrétaire général de l’université internationale d’Andalousie, M. Bartolome Buenestado s’est déclaré satisfait de la qualité de coopération avec l’ENA de Meknès, soulignant que cette rencontre vient consacrer un élan de coopération régionale et internationale dans le domaine oléicole.
Il a rappelé, à cet égard, la mise en place au sein de l’université d’Andalousie d’une chaire pour le développement rural qui constitue une référence dans le domaine oléicole, mettant l’accent sur les répercussions positives de ce secteur sur l’économie.
De son côté, M. Noureddine Ouazzani, co-directeur du comité scientifique de ces journées et responsable à l’agro-pôle olivier Meknès/ENA a souligné que le secteur oléicole marocain est appelé à se métamorphoser pour être au diapason avec les dernières innovations techniques et technologiques.
Il a affirmé que la mise à niveau du secteur oléicole marocain passe nécessairement par la protection d’une huile d’olive de qualité et la protection de l’environnement, ajoutant qu’avec un accroissement de plus en plus considérable, l’oléiculture joue un rôle moteur en terme d’économie, d’emploi et d’équilibre social et environnemental des régions méditerranéennes.
Après avoir relevé que 98 % de la production mondiale d’huile d’olive est réalisée en Méditerranée, M. Ouazzani a rappelé les nouveaux enjeux socio-économiques de l’oléiculture liés à une forte demande de revalorisation de l’huile d’olive reconnue pour ses vertus sur la santé, et à la nécessité urgente de préserver l’environnement.
Il a ajouté que ces journées serviront de « plate-forme de transfert de technologie, de savoir, de savoir-faire et de promotion et de développement durable de la filière oléicole ».
Ce cours-séminaire international, qui rentre dans le cadre des activités de l’Agro-Pôle olivier ENA-Meknès, comporte notamment des conférences techniques et scientifiques.
Cette édition réunira plusieurs spécialistes et participants venus de plusieurs pays méditerranéens, notamment l’Espagne, la Grèce et l’Italie, dans l’objectif de partager leurs expériences sur les bonnes pratiques oléicoles pour la production d’huile d’olive de qualité et la protection de l’environnement.
Principale espèce fruitière cultivée au Maroc, l’olivier occupe une surface de plus de 560.000 ha dont 220.000 ha en zone irriguée, 200.000 ha en zone de montagne, 100.000 ha en zone bour favorable et 40.000 ha dispersés entre Safi, Settat, Khémisset et Khouribga.
Mis en place dans un objectif de vulgarisation et de transfert de technologie, l’Agro-pôle ENA/Meknès a pour mission la mise en place d’un système d’information pour le développement et la promotion de la filière oléicole régionale.

AL bayan