mokawalati_logo.jpeg

Quelque 176 projets d’investissement dans la région de Meknès-Tafilalet ont été retenus dans le cadre du programme « Moukawalati », lancé il y’a quatre mois, a indiqué M. Hassan Bahi, directeur du Centre régional d’investissement (CRI) de Meknès.

 Intervenant mardi à Ifrane lors d’une journée d’information et de sensibilisation avec les porteurs de projets, les institutions financières et les organismes de formation et d’insertion professionnelles, M. Bahi a ajouté que le nombre des candidats a atteints 935, précisant que 27 dossiers ont été déposés auprès des banques. 

Il a relevé que ces projets, qui devraient être implantés à Meknès (79), Khénifra (37), Ifrane (21), Errachidia (21) et El Hajeb (18), concernent notamment l’agriculture et l’élevage, l’éducation et la formation, les services, l’industrie et l’artisanat. 

M. Bahi a, à cet égard, rappelé que l’étude et la sélection des projets d’investissement se base sur des critères de transparence et de fiabilité, ajoutant que le programme ambitionne d’accompagner les chantiers d’envergure lancés dans le Royaume et qui visent la lutte contre le chômage et la réalisation d’une relance socio-économique. 

Mettant en exergue les efforts tous azimuts déployés par les commissions de sélection, composées par les représentants de toutes les administration concernées y compris les banques, il a souligné la nécessité de l’ouverture d’autres guichets d’aide à la création d’entreprises dans le but de se rapprocher davantage des porteurs de projets de la région et de relancer l’investissement régional dans le cadre de l’approche de proximité prônée par SM le Roi Mohammed VI. 

Après avoir appelé les établissements financiers à accompagner la nouvelle dynamique que connaît le pays, M. Bahi a fait savoir qu’il sera procédé à la création d’une banque de projets au niveau de la région et ce, en vertu d’une convention signée avec l’université Moulay Ismail de Meknès. 

De son côté, M. Karim Kassi-Lahlou a mis l’accent sur les atouts et les opportunités d’investissement non encore exploitées dans la région, appelant les investisseurs potentiels à présenter des dossiers bien ficelés et élaborés d’une manière minutieuse en vue d’être validés par les établissements financiers. 

Cette journée, initiée par la province d’Ifrane, l’OFPPT et l’ANAPEC sous le thème « Initiatives emploi : solutions pour l’emploi », constitue le prélude d’une série de rencontres visant la sensibilisation des jeunes de la région aux programmes de l’emploi lancés par le gouvernement, a-t-il ajouté. 

Il a rappelé les objectifs du programme et ses avantages, notamment l’accompagnement pré et post-création des entreprises pour les jeunes porteurs de projets, soulignant que la spécificité du programme « Moukawalati » réside dans la garantie des crédits par l’Etat. 

Il a appelé à faire bénéficier les personnes non diplômées du programme Moukawalati et à la mise en place d’une banque de projets, plaidant pour des projets touristiques qui respectent l’environnement. 

De son côté, M. Mostapha Rhlib, directeur régional de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), a mis l’accent sur les mesures prises pour la promotion de l’emploi, en particulier celles relatives à la promotion de l’emploi salarié (Idmaj), à l’amélioration de l’employabilité (Taehil), à l’encouragement de l’entreprenariat (Moukawalati) et à la dynamisation de la fonction d’intermédiation à travers la modernisation de l’ANAPEC. 

Sur les 105.000 personnes programmées dans le cadre du programme IDMAJ, 28.500 ont été insérées dans le marché de l’emploi, dont 2000 dans la région de Meknès-Tafilalet, a-t-il fait savoir, ajoutant que les formations à la carte et la formation qualifiante ou de reconversion dans le cadre du programme Taehil sont financés par l’ANAPEC. 

Pour ce qui est de la formation à la carte, M. Rhlib a indiqué que depuis le lancement du programme Taehil, il a été procédé à la formation de 220 jeunes, dont 40 téléconseillères, 66 enseignants, 15 topographes, 30 commerciaux et 19 soudeurs, dans le cadre de partenariats avec des établissements publics tels l’OFPPT et privés. 

Il a aussi rappelé le projet de l’entreprise Anapec visant à quadrupler le rythme d’insertion pour atteindre en 2008 le nombre de 200.000 et qui se base sur la modernisation du réseau de l’agence, l’ouverture sur son environnement, le développement de ses prestations et la mise en place d’un management et d’un dispositif de pilotage de qualité, en plus de la mobilisation des ressources humaines autour de la performance. 

Pour sa part, le directeur régional de l’OFPPT, M. Ali Ramdani, a évoqué l’expérience de l’office en matière de contrats spéciaux, annonçant la création en janvier prochain à Azrou d’un guichet d’aides pour la création d’entreprises (GAPCES) dans le but de se rapprocher davantage des porteurs de projets de toute la région et de relancer l’investissement régional. Le programme « Moukawalati » ambitionne de créer 30.000 entreprises à l’horizon 2008, à donner aux jeunes l’opportunité de monter leurs projets à travers des facilités accordées par l’Etat dans le cadre de l’octroi des crédits à hauteur de 250.000 Dh. 

Il vise également à contribuer à la réduction progressive du taux de chômage moyennant l’appui à la création des petites entreprises en adéquation avec les spécificités régionales et à assurer la pérennité du tissu économique régional. 

MAP