Banlieue = futur marocain?

Partout dans le Maroc est surtout dans les grandes villes comme Casablanca, Rabat ou Tanger… les banlieues s’élargissent sans arrêt, à Meknes c’est à Elmansour, à Marjan et au-delà de la Ville Nouvelle ou s’élèvent les hautes immeubles dans le ciel, sans doute l’immobilier moderne connaît au Maroc un véritable boom, mais avec quelles conséquences ?

La plupart croît que c’est chic d’habiter dans un appartement moderne d’après l’exemple européen, et c’est vrai car le plus positif argument pour la nouvelle manière de loger est l’économie de la surface urbaine qui devient de plus en plus rare : le phénomène de l’urbanisme à déjà avaler presque tout le territoire agricole et naturel, devons-nous alors accepter d’habiter des constructions sociales plutôt pseudo socialistes comme chez les anciens pays de l’est ?On cherche partout dans ces nouvelles marges de nos villes, en vain, l’ancienne hospitalité marocaine, jadis les voisins s’aidaient réciproquement, s’écoutaient et célébraient ensemble les bons et les mauvais temps, aujourd’hui ils se combattent à propos des banalités : les petites supercheries des enfants, le blocage de l’entrée du garage par la voiture du voisin aimable, ou simplement par ennui, en plus dans beaucoup de cas l’affaire termine devant un juge !…Chacun de nous a subit ces situations où on est sur le point de devenir fou et d’exploser, au minimum une fois on ne supportait plus les cries des enfants aux escaliers, on ne pouvait plus entendre la music sonorisée par la personne derrière le mur, on se demandait pourquoi la dame de maison utilise à minuit le mélangeur électrique ou plus pire le Mehraz traditionnelle, ou on devait fêter avec les voisins sans être invité…Le temps passe vite, hier, nos cités, c’était l’ancienne médina avec le quartier du mellah et le « Diour Salam », aujourd’hui pour visiter la famille à la fête de l’aïd al fitr par exemple, on doit traverser des kilomètres…  En effet, la plupart des bornes d’une ville marocaine sont loin du centre et il manque tous, ces quartiers sont privé des administrations, des marchés, des hammams et des écoles, même les prix de toutes les marchandises sont extraordinairement élevés car les marchands savent que les habitants n’avons pas d’alternative… alors les solutions sont claires, il est obligatoire d’équiper ces quartier avec tous le nécessaire, d’un autre coté tout le monde doit essayer d’être un bon voisin pour qu’on puisse vivre ensemble en harmonie pas seulement au sein des médinas…   

 

Mohamed Amjahid