med61.jpeg

SM le Roi Mohammed VI a procédé hier mardi 23 janvier à Meknès à la remise des titres de propriété aux bénéficiaires de l’opération de recasement. Il a également lancé des projets d’aménagement urbain.

Meknès sera déclarée avant fin mars prochain « ville sans bidonvilles ». Sur 7.278 ménages habitant dans des baraques, 5.539 ménages ont bénéficié des opérations de recasement dans le cadre du programme de lutte contre l’habitat insalubre. Ce qui correspond à 76 % de taux de résorption. Les titres de propriété ont été remis hier aux bénéficiaires par le Souverain.
Le programme « Villes sans bidonvilles », entamé en 2004, fait donc son chemin. Dans la cité ismaélienne, ce projet de développement a nécessité un investissement de l’ordre de 335,41 millions DH dont 130 millions assurés par l’Etat sous forme de subvention. Les bidonvilles non encore résorbés concernent 1.739 ménages, dont 623 seront recasés au lotissement Al Bassatine 7 par l’Agence de logements et d’équipements militaires (ALEM), et le reste par l’ERAC centre-sud au lotissement Al Amine, au programme immobilier Al Boustane et au lotissement Tanmia, ainsi que par le holding Al Omrane au lotissement Riad Zitoune. A cette occasion, des explications ont été fournies à Sa Majesté le Roi sur le programme national « Villes sans bidonvilles », dont la réalisation s’étale sur la période 2004-2010. Concernant 81 villes et 278.000 ménages résidant dans près de 1.000 bidonvilles, cet ambitieux programme devra mobiliser un investissement d’environ 20,4 milliards de dirhams, dont une subvention du Fonds solidarité habitat, estimée à près de 7,4 milliards de dirhams.
Selon le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, une vingtaine de cités seront déclarées villes sans bidonvilles à fin 2007. Par ailleurs, le Souverain s’est enquis des projets d’aménagement des espaces verts de la commune de Meknès. Un programme ayant nécessité des investissements de l’ordre de
71 millions DH. Ces projets, visant la mise à niveau urbaine de la ville de Meknès, portent essentiellement sur l’aménagement d’une grande ceinture verte, de plusieurs jardins et l’amélioration de l’éclairage public.
Le Souverain a également donné le coup d’envoi à plusieurs projets d’aménagement urbain de la ville avec un coût de près de 38 millions de DH. Ces projets portent sur l’amélioration de l’éclairage public et la voirie urbaine de la commune Méchouar Stinia, ainsi que l’aménagement de la place Lalla Aouda, l’entretien et la restauration des monuments historiques. Concernant le projet d’amélioration du réseau d’éclairage public, il sera réalisé avec une enveloppe budgétaire de 5,15 millions DH, dont 4,35 millions assurés par la wilaya de la région Meknès-Tafilalet et le reliquat par la commune urbaine Méchouar Stinia. Réalisé dans un délai de huit mois, ce projet porte sur le renouvellement du réseau et des candélabres et l’installation de l’éclairage des murailles. Concernant le projet d’aménagement des voiries urbaines qui sera réalisé par la wilaya et la commune dans un délai de 12 mois avec un montant de
6,5 millions DH, il consiste en l’aménagement et le revêtement des trottoirs et des passages piétons, ainsi qu’en la pose de bordures. Il bénéficiera à Sahrij Souani, place Hri, place des greniers, Bab Merrah, Assarag, place Méchouar, avenue Assarag, Bab Rais, avenue Moulay Ismail, place du mausolée, place du golf royal, Bab Filala et avenue Lalla Aouda. Le Souverain a aussi suivi des explications sur la première tranche du projet d’aménagement de la place Lalla Aouda qui nécessitera des investissements de l’ordre de 4,2 millions DH.

Le 24-1-2007
Par : Khadija Skalli (Avec MAP)
Meknès, ville sans bidonvilles

 

SM le Roi Mohammed VI a procédé hier mardi 23 janvier à Meknès à la remise des titres de propriété aux bénéficiaires de l’opération de recasement. Il a également lancé des projets d’aménagement urbain. 

 

Meknès sera déclarée avant fin mars prochain « ville sans bidonvilles ». Sur 7.278 ménages habitant dans des baraques, 5.539 ménages ont bénéficié des opérations de recasement dans le cadre du programme de lutte contre l’habitat insalubre. Ce qui correspond à 76 % de taux de résorption. Les titres de propriété ont été remis hier aux bénéficiaires par le Souverain. Le programme « Villes sans bidonvilles », entamé en 2004, fait donc son chemin. Dans la cité ismaélienne, ce projet de développement a nécessité un investissement de l’ordre de 335,41 millions DH dont 130 millions assurés par l’Etat sous forme de subvention. Les bidonvilles non encore résorbés concernent 1.739 ménages, dont 623 seront recasés au lotissement Al Bassatine 7 par l’Agence de logements et d’équipements militaires (ALEM), et le reste par l’ERAC centre-sud au lotissement Al Amine, au programme immobilier Al Boustane et au lotissement Tanmia, ainsi que par le holding Al Omrane au lotissement Riad Zitoune. A cette occasion, des explications ont été fournies à Sa Majesté le Roi sur le programme national « Villes sans bidonvilles », dont la réalisation s’étale sur la période 2004-2010. Concernant 81 villes et 278.000 ménages résidant dans près de 1.000 bidonvilles, cet ambitieux programme devra mobiliser un investissement d’environ 20,4 milliards de dirhams, dont une subvention du Fonds solidarité habitat, estimée à près de 7,4 milliards de dirhams.Selon le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, une vingtaine de cités seront déclarées villes sans bidonvilles à fin 2007. Par ailleurs, le Souverain s’est enquis des projets d’aménagement des espaces verts de la commune de Meknès. Un programme ayant nécessité des investissements de l’ordre de 71 millions DH. Ces projets, visant la mise à niveau urbaine de la ville de Meknès, portent essentiellement sur l’aménagement d’une grande ceinture verte, de plusieurs jardins et l’amélioration de l’éclairage public.Le Souverain a également donné le coup d’envoi à plusieurs projets d’aménagement urbain de la ville avec un coût de près de 38 millions de DH. Ces projets portent sur l’amélioration de l’éclairage public et la voirie urbaine de la commune Méchouar Stinia, ainsi que l’aménagement de la place Lalla Aouda, l’entretien et la restauration des monuments historiques. Concernant le projet d’amélioration du réseau d’éclairage public, il sera réalisé avec une enveloppe budgétaire de 5,15 millions DH, dont 4,35 millions assurés par la wilaya de la région Meknès-Tafilalet et le reliquat par la commune urbaine Méchouar Stinia. Réalisé dans un délai de huit mois, ce projet porte sur le renouvellement du réseau et des candélabres et l’installation de l’éclairage des murailles. Concernant le projet d’aménagement des voiries urbaines qui sera réalisé par la wilaya et la commune dans un délai de 12 mois avec un montant de 6,5 millions DH, il consiste en l’aménagement et le revêtement des trottoirs et des passages piétons, ainsi qu’en la pose de bordures. Il bénéficiera à Sahrij Souani, place Hri, place des greniers, Bab Merrah, Assarag, place Méchouar, avenue Assarag, Bab Rais, avenue Moulay Ismail, place du mausolée, place du golf royal, Bab Filala et avenue Lalla Aouda. Le Souverain a aussi suivi des explications sur la première tranche du projet d’aménagement de la place Lalla Aouda qui nécessitera des investissements de l’ordre de 4,2 millions DH. 

 

 

 

Par : Khadija Skalli (Avec MAP)