Meknès est située à une altitude de 500m, sur le plateau de Saïs, entre le moyen-Atlas au sud et les collines pré-rifaines au nord ; ledit plateau s’étend sur une superficie de 4560 kilomètres carrés. 

La ville est traversée par l’oued Boufekrane, qui sépare la vieille ville de la ville moderne. Son bassin versant est le Sebou (Fleuve du Maroc, né dans le Moyen Atlas, qui rejoint l’Atlantique : 458 Km) 

La population de la ville de Meknès est estimée actuellement à 750 000 habitants (recensement de 2004). C’est la cinquième ville du Maroc . Les jeunes de moins de 25 ans représentent 60% de la population. La langue officielle est l’arabe mais beaucoup de gens, notamment les personnes âgés parlent couramment le berbère. Les habitants de la région s’adonnent notamment à : l’agriculture, l’élevage et le commerce. 

 ClimatLa ville de Meknès est un sous étage méditerranéen, subissant les influences continentales pendant les saisons d’été et d’hiver. Cependant la diversité géographique de la région fait que chacune de ses zones naturelles présente des nuances climatiques particulières. Le climat est de type semi-aride. Le régime thermique de Meknès est marqué par l’éloignement des côtes, d’où une importante amplitude thermique extrême atteignant 25,4 °C. La température du mois le plus chaud varie entre 29 et 38 °C, et celle du mois le plus froid varie entre 2 et 7 °C. Généralement, les températures varient de la manière suivante : 

De janvier en avril : La hausse mensuelle de la température est progressive et régulière. Elle est de l’ordre de 1 à 2 °C/mois D’avril en août : Une hausse mensuelle est de l’ordre de 3 à 5 °C. La température maximale moyenne mensuelle est atteinte au mois août, soit 35,6 °C. D’août en décembre : une baisse de l’ordre de 2 à 4 °C par mois. La répartition des pluies au cours de l’année se caractérise par de fortes pluies en automne, une légère baisse en hiver avec un maximum relatif au début du printemps. L’été étant généralement sec. La période de pluie la plus importante s’étale d’octobre en mai, avec 9 à 10 jours de pluie par mois. La moyenne annuelle de pluie est estimée 84 jours. La pluviométrie moyenne dans la banlieue de Meknès atteint 500 mm/an. 

 

HistoireLa population de la région de Meknès appartenait à des tribus berbères qui se nomment eux-mêmes Imazighen; ce qui signifie ‘’hommes libres‘’. Leur langue est le dialecte berbère qui circule jusqu’à nos jours notamment dans les chaînes montagneuses de l’Atlas, malgré le passage de plusieurs dynasties qui ont régné sur le Maroc durant plus de 13 siècles. 

L’histoire de Meknès semble remonter à la création d’une bourgade rurale non fortifiée au VIIIe siècle. L’installation au IXe siècle d’une tribu berbère, les Meknassa, qui établissent leur campement au nord de l’oued Boufekrane, donne son nom à la ville. 

Les Almoravides en font un site militaire au XIe siècle. Les Almohades détruisirent la cité, coupable de résistance, pour en construire une plus grande et plus charmante avec des mosquées et puissantes fortifications. Lorsqu’ils s’en empapèrent, les Mérinides construisirent des médersas, des casbahs et des mosquées au début du XIVe siècle. Sous les Ouattassides, elle constituait une ville prospère. 

 

Ville impérialeEn 1672, Moulay Ismaïl (1672-1727), le deuxième roi de la dynastie Alaouite, quitte Marrakech pour installer sa capitale à Meknès, pour des raisons stratégiques, politiques et géographiques. Il fait alors construire 40 km de remparts autour de la ville qu’il reconstruit. C’est l’âge d’or de Meknès, qui se dote de ses plus beaux éléments architecturaux, notamment ses grandes portes. 

Des historiens français lui ont attribué de multiples surnoms, dont la kasbah ismaïlienne, la Versailles du Maroc, la capitale aux belles portes ou encore la capitale du cheval. 

Monuments et centres d’intérêtLa ville historique de Meknès est inscrite depuis 1996 sur la liste du patrimoine mondial établie par l’UNESCO, en tant que bien représentant de façon remarquablement complète et satisfaisante, la structure urbaine et architecturale d’une capitale du Maghreb du XVIIe siècle alliant de façon harmonieuse des éléments de conception et de planification islamique et européenne. 

Bab Mansour el Aleuj Heri es Souani greniers ou écuries (?) de Moulay Ismaïl Dar el-Ma, le Palais de l’Eau Mausolée de Moulay Ismaïl Palais Dar Jamaï Medersa Bou Inania La Medina La khaima de Moulay Ismail, construite pour son épouse Berbère qui avait refusé de loger au palais. Cet edifice important situé rue Jnane Ben Halima à quelques pas du palais royal a été oublié par les uns et ruiné par le temps et appelle au secours… À proximité de la ville se trouvent les ruines de Volubilis, principale ville de l’ouest de la province romaine d’Afrique. 

Par Wikipedia Maroc